Chroniques bleues

  • 12 juin 1984 : France-Danemark

    Publié le 1er août 2019 dans Matchs retour

    Avec leur Ballon d’or Michel Platini, les Bleus sont les grands favoris de l’Euro 1984 qui débute au Parc des Princes. Mais en face, le Danemark d’Allan Simonsen est le dernier adversaire à les avoir battus. Voilà qui ressemble fort à un match piège.

  • Série d’été : c’était l’Euro 1984

    Publié le 31 juillet 2019 dans Temps additionnel

    Il faut un début à tout : en juin 1984, l’équipe de France de Michel Hidalgo et Michel Platini brise enfin le plafond de verre et obtient son premier titre, quatre-vingts ans après. Cette série raconte les cinq matchs victorieux.

  • Ces remplaçants champions du monde ou d’Europe

    Publié le 21 juillet 2019 dans Temps additionnel

    Même s’ils ne jouent pas beaucoup, voire pas du tout, leur rôle est important dans un groupe vainqueur d’une phase finale. De Tusseau à Thauvin, voici les 38 joueurs dans l’ombre des champions d’Europe 1984 et 2000 et des champions du monde 1998 et 2018.

  • Griezmann à Barcelone : le comparatif KPZ

    Publié le 18 juillet 2019 dans Un nom sur un maillot

    Raymond Kopa au Real Madrid en 1956, Michel Platini à la Juventus en 1982, Zinédine Zidane à la Juventus en 1996 et au Real en 2001 : en quoi l’arrivée dans un très grand club a influencé leur carrière en équipe de France ?

  • Qu’est-ce qu’un match historique ? Tentative de définitions

    Publié le 15 juillet 2019 dans Zone mixte

    Enjeu, contexte, vécu personnel, scénario… Pour tenter de définir quels sont les critères qui font qu’un match va s’inscrire dans la mémoire collective, j’ai interrogé quatre spécialistes de l’histoire des Bleus, et un invité surprise en contrepoint.

  • Fabien Barthez, à jamais le premier

    Publié le 12 juillet 2019 dans Un nom sur un maillot

    Premier gardien français à compter plus de cinquante sélections, à être champion du monde, à brandir la Ligue des champions et même à se raser le crâne pour en faire un bisoudrome : c’est Fabien Barthez le seul, le vrai, l’unique.

  • Joël Bats, le contrat de confiance

    Publié le 11 juillet 2019 dans Un nom sur un maillot

    Michel Hidalgo aura mis sept ans avant de trouver son gardien, mais avec Joël Bats, il a gagné le gros lot. Rassurant et décisif en 1984, l’Auxerrois devenu Parisien sauve l’équipe de France à Guadalajara en 1986. La suite sera bien moins brillante.

Les autres articles