Ce qui se passe après l’ouverture du score (2) : depuis 1904

Publié le 16 février 2019

Après celle de la période Deschamps depuis 2012, voici l’arborescence des scores de l’équipe de France depuis 1904, permettant de voir ce qui se passe lors des deux premiers buts du match, en fonction de qui ouvre le score, qui égalise ou qui double la mise.

En septembre 2018, j’avais voulu en avoir le cœur net : d’où vient cette impression que l’équipe de France ouvre souvent le score mais peine à marquer ce deuxième but qui assurerait la victoire ? J’avais alors décortiqué tous les matchs de l’ère Deschamps depuis août 2012 dans un article que je viens de mettre à jour pour tenir compte des quatre derniers matchs de 2018.

Après avoir listé les joueurs français qui ont ouvert le score depuis 1904, je me suis dit qu’il serait intéressant de compléter cet article en l’élargissant à l’ensemble des 845 matchs des Bleus. En effet, autant depuis les années 60, le nombre de buts par match est suffisamment bas (2,6) pour qu’une ouverture du score soit déterminante, autant dans la première moitié de l’histoire des Bleus, celle qui va du début du siècle jusqu’au premier Championnat d’Europe des Nations, les scores pléthoriques étaient fréquents (4,6 buts par match). De nombreux buts étaient marqués en début de rencontre, ce qui laissait du temps à l’équipe menée de revenir au score et de l’emporter.

Sur l’ensemble des matchs depuis 1904, la proportion de 0-0 est moindre que depuis 2012 : il y en a eu 63 sur 845 (7%). Restent donc 782 rencontrent comptant au moins un but.

78% de chances de victoires pour les Bleus quand ils marquent les premiers

Sur ce total, l’équipe de France a ouvert le score 456 fois (54% environ) et son adversaire 326 fois (46%). Donc, une fois mis de côté les 0-0, les Bleus marquent en premier un peu plus d’une fois sur deux (contre sept fois sur dix sur la période Deschamps). Autant dire que si c’est désormais une habitude, elle est récente (disons depuis une quarantaine d’années).

PNG - 59.8 ko

Une fois que l’équipe de France mène 1-0, que se passe-t-il ? Le score en reste là, dans 79 cas. Ou bien les Bleus marquent un deuxuème but et mènent alors 2-0, ce qu’ils ont fait 244 fois. Ou alors c’est l’équipe adverse qui égalise, dans 133 cas.

Seulement deux défaites depuis 1904 après avoir mené 2-0

A 2-0, c’est l’assurance quasi-certaine de la victoire : les Bleus n’ont perdu que deux fois dans cette configuration : en mai 1928 contre l’Italie aux JO d’Amsterdam (3-4) et beaucoup plus récemment, contre la Colombie en mars 2018 (2-3). Ils ont aussi fait 8 nuls, dont deux restés célèbres et datant de la même année 1976 : celui en amical contre la Tchécoslovaquie en mars pour les débuts de Platini (2-2) et celui de Sofia contre la Bulgarie en octobre (2-2). Il n’y en a plus eu depuis.


 

Pour résumer, quand ils marquent en premier, les Bleus doublent la mise dans 54% des cas. Dans 17%, ils s’en tiennent là et gagnent 1-0. Le reste (29% des cas), l’adversaire égalise. Les proportions sont à peu près les mêmes que pour la période récente.

Et quand l’adversaire égalise à 1-1 ? C’est alors très serré. Les Bleus gagnent 4 fois sur 10, l’équipe adverse aussi et la moitié restante se termine par un nul. Ici, les chiffres sont très différents de la période récente, où les Bleus ne perdent quasiment jamais après une égalisation adverse. Autrement dit, quand les Bleus marquent les premiers, ils gagnent 355 fois sur 456 (78% des cas), pour 59 nuls (13%) et 42 défaites (9%).

L’adversaire gagne deux fois sur trois quand il ouvre le score

Quand c’est l’adversaire qui ouvre le score, que se passe-t-il ? C’est arrivé 326 fois, et dans 50 cas, le score est resté à 0-1. Et là, surprise, les Bleus ont moins souvent égalisé qu’encaissé un second but (147 fois contre 129). Et à 0-2, c’est perdant dans 88% des cas. L’équipe de France a toutefois arraché 13 nuls (le dernier contre l’Islande en octobre 2018, 2-2), et, quand même, 5 victoires dont trois dans une période récente contre la Slovénie en 2000, le Costa Rica en 2005 et l’Islande en 2012 (3-2 à chaque fois).

Si les Bleus égalisent, ils font mieux que lorsque c’est l’adversaire qui revient à leur hauteur (comme pour la période récente d’ailleurs) : 55 victoires qui sont autant de renversements de pour 32 défaites et 42 nuls. Si on se souvient de ceux de l’Euro 2000 (Portugal et Italie), celui contre le Paraguay en 1958 n’est pas mal non plus : les Bleus y sont menés 0-1 puis 2-3 et l’emportent 7-3 dans un feu d’artifice offensif.

PNG - 78 ko

Celui qui marque le premier l’emporte dans 79% des cas

En résumé, en 845 matchs, les Bleus ont gagné moins souvent (415 fois) qu’ils ont ouvert le score (456), ce qui confirme bien la moindre importance du premier but dans les époques lointaines. Mais ça reste quand même un avantage important : celui qui marque d’abord l’emporte 566 fois sur 782 (72% des cas) et ne perd que 102 fois (13%). Une fois le score ouvert, il y a 114 nuls (15%).

L’équipe qui mène 2-0 a quasiment toujours match gagné : 363 fois sur 391 (93%). Mais quand une équipe égalise à 1-1, elle a plus de chances de perdre avec (95 défaites, 36%) ou de faire un nul (93, soit 36%) que de l’emporter (74 victoires, 28%).

Pour synthétiser toutes ces informations en un coup d’œil, voici une arborescence. Elle se lit de la façon suivante : sont détaillés pour l’ensemble des 85 matchs les victoires de la France (en bleu), les nuls (en gris) et les défaites (en rouge).

Pour chaque score, le chiffre au-dessus indique le nombre de matchs terminés sur ce résultat : pour les 0-0 c’est 63, pour les 1-0 c’est 79, pour les 0-1 c’est 50.

Les traits orange orientent vers les différents cas, avec pour chacun les statistiques de tout ce qu’il y a à côté et en dessous. Par exemple, les Bleus ont mené 456 fois 1-0, et dans ce cas, ils ont gagné 355 fois. A l’inverse, ils ont été menés 326 fois 0-1 et ont perdu 211 fois.

Au-delà du deuxième but du match, l’arborescence s’arrête, mais les scores des rencontres à trois buts ou plus sont indiquées en dessous.

PNG - 131.7 ko

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité