En attendant le monde (4) : l’âge moyen des finalistes

Publié le 13 janvier 2018, mis à jour le 7 juin 2018

L’équipe de France 2018 est-elle trop jeune pour prétendre à une finale mondiale ? Si on regarde la moyenne d’âge des cinq groupes finalistes d’Euro ou de Coupe du monde, ça pourrait être le cas. Sauf si Deschamps privilégie les trentenaires.

Suite à l’article sur les finalistes en Coupe du monde, intéressons-nous maintenant aux moyennes d’âge. Si les Bleus de Deschamps jouent le titre mondial le 15 juillet prochain à Moscou, ils auront une équipe très jeune, beaucoup plus jeune que ses devancières.

Pour avoir des données statistiques plus larges que les deux finales de 1998 et 2006, j’ai étendu la recherche aux trois finales d’Euro de 1984, 2000 et 2016.

Pour chaque finale, je regarde l’âge (au moment du match, et arrondi à l’année) des onze titulaires. Et je représente les trois catégories d’âge (moins de 25 ans, 25-29 ans et plus de 29 ans) par un code couleur.

France-Espagne 1984 : 27 ans et 7 mois

PNG - 57.8 ko
Le onze aligné par Michel Hidalgo contre l’Espagne en finale de l’Euro est rajeuni par la présence de Bruno Bellone (22 ans) à la place de Didier Six (29 ans). Mais Jean-François Domergue a cinq ans de plus que le titulaire du poste d’arrière gauche, Manuel Amoros (27 ans contre 22). Donc ça n’affecte pas vraiment la moyenne d’ensemble. Le carré magique du milieu a été rajeuni avec l’arrivée de Luis Fernandez (24 ans) à la place de Bernard Genghini (26) et Yvon Le Roux (24 ans aussi) est beaucoup plus jeune que Marius Trésor (34 ans), qui a mis un terme à sa carrière internationale huit mois plus tôt. Cette équipe, arrivée à maturité, ira au Mexique deux ans plus tard, le seul manquant étant Bernard Lacombe qui dispute son dernier match en Bleu.

JPEG - 93.7 ko
Debout, de gauche à droite : Le Roux, Bossis, Battiston, Domergue, Bats, Fernandez.
Accroupis : Bellone, Lacombe, Giresse, Platini, Tigana.

France-Brésil 1998 : 28 ans et 4 mois

PNG - 58.3 ko
Ne cherchez pas les moins de 25 ans dans cette équipe : il n’y en a aucun. Ou du moins ils sont sur la touche, comme Thierry Henry (20 ans), David Trezeguet (20 ans aussi) et Patrick Vieira (22 ans). Le plus jeune titulaire de cette première finale mondiale des Bleus, c’est Zinédine Zidane, qui a fêté quinze jours plus tôt ses 26 ans. Le groupe est remarquablement dense (26-30 ans). Suffisamment mûrs pour avoir l’expérience du haut niveau (excepté Stéphane Guivarc’h, qui évolue à Auxerre et ne compte que 13 sélections), suffisamment jeunes pour garder de la fraîcheur au septième match d’un parcours qui a compté deux prolongations.

JPEG - 117.5 ko
Debout, de gauche à droite : Zidane, Desailly, Leboeuf, Thuram, Guivarc’h, Petit.
Accroupis : Karembeu, Djorkaeff, Deschamps, Barthez, Lizarazu.

France-Italie 2000 : 29 ans et 3 mois

PNG - 64.1 ko
Les champions du monde ont pris deux ans de plus à Rotterdam, et Laurent Blanc qui retrouve sa place aux dépens de Franck Lebœuf fait monter la moyenne (34 ans contre 32). Mais Thierry Henry (22 ans) et Patrick Vieira (24) remplacent deux joueurs plus âgés qu’eux, Stéphane Guivarc’h et Christian Karembeu (29 ans en 2000). La moyenne d’âge augmente donc, mais moitié moins que si l’équipe avait été la même que celle de 1998. Si elle atteint une nouvelle fois les prolongations (après la demi-finale contre le Portugal), c’est en substituant à trois joueurs de 28, 30 et 32 ans (Dugarry, Lizarazu et Djorkaeff) trois autres de 22, 25 et 26 ans (Trezeguet, Pirès et Wiltord).

JPEG - 101.5 ko
Debout de gauche à droite : Zidane, Blanc, Vieira, Desailly, Dugarry, Thuram.
Accroupis : Henry, Djorkaeff, Deschamps, Barthez, Lizarazu.

Italie-France 2006 : 29 ans et 8 mois

PNG - 64 ko
Cette équipe-là est celle que les Espagnols voulaient envoyer à la retraite, Zidane en premier. Il faut dire qu’avec quatre joueurs entre 33 et 35 ans (Makelele, Thuram, Zidane et Barthez), elle n’est pas de la première fraîcheur, le seul jeunot de la bande étant Franck Ribéry et ses 23 ans. Peu inspirée au premier tour, elle atteindra son apogée en huitièmes et en quart de finale, commencera à fatiguer en demi et calera en finale contre une équipe italienne à peine moins âgée, et épuisée elle aussi.

JPEG - 101.8 ko
Debout, de gauche à droite : Zidane, Gallas, Vieira, Thuram, Henry, Abidal.
Accroupis : Makelele, Malouda, Barthez, Sagnol, Ribéry.

Portugal-France 2016 : 28 ans et 8 mois

PNG - 72 ko
On aurait pu croire que le finaliste de l’Euro avait une moyenne plus basse, mais en fait non : ses trois trentenaires de la défense (Koscielny, 30 ans, Sagna, 33 et Evra 34) lestent l’âge moyen, d’autant que Lloris, Matuidi, Payet et Giroud ont tous 29 ans. Umtiti et Pogba sont les plus jeunes joueurs d’un onze titulaire qui va peiner de plus en plus et payer les efforts d’une demi-finale harassante contre l’Allemagne. Les entrées de Gignac (30 ans), Coman et Martial (20 ans) ne suffiront pas à apporter le petit plus nécessaire pour venir à bout du Portugal.

JPEG - 92.9 ko
Debout, de gauche à droite : Pogba, Koscielny, Lloris, Giroud, Umtiti, Sissoko.
Accroupis : Payet, Evra, Matuidi, Sagna, Griezmann.

Et 2018 ? deux variantes possibles

Revenons à mon hypothèse de départ. Si les Bleus jouent la finale de la Coupe du monde le 15 juillet prochain, Deschamps pourrait diriger une des plus jeunes équipes à atteindre ce niveau dans l’histoire. En poussant les curseurs à l’extrême, s’il écarte trois des quatre trentenaires (Giroud, Matuidi et Koscielny, le dernier étant Lloris) et qu’il met à la place des jeunes (Dembélé, Tolisso et Umtiti), la moyenne tombe sous le seuil des 25 ans, avec 24 ans et 8 mois ans plus précisément.

PNG - 62.7 ko

Dans le cas, plus vraisemblable, où il jouerait la sécurité au moins à partir des quarts de finale, la moyenne d’âge avec les quatre trentenaires monterait à 26 ans et 11 mois. C’est encore en dessous des cinq cas précédents.

PNG - 60 ko

Mais si on compare cette moyenne à celle des cinq derniers champions du monde, elle n’est pas aberrante. En 2014, l’Allemagne avait un âge moyen de 26 ans et 9 mois, tout comme l’Espagne en 2010. En 2006, l’Italie atteignait les 29 ans, presque trois ans de plus que le Brésil 2002 qui n’avait que 26 ans et un mois. Enfin, on l’a vu, en 1998 les Bleus avaient 28 ans et 4 mois en moyenne.

Côté vainqueurs de l’Euro, la France en 2000 est la plus âgée avec 29 ans et 3 mois, devant la Grèce en 2004 (28 ans et 4 mois), l’Espagne 2012 (27 ans et 1 mois), le Portugal 2016 (26 ans et 4 mois). L’équipe la plus jeune est l’Espagne 2008 (26 ans et 1 mois).

Autrement dit, l’équipe de France 2018 version expérimentée (avec Koscielny, Matuidi et Giroud) est dans la moyenne d’âge des derniers champions du monde et d’Europe, soit un peu moins de 27 ans. Celle qui privilégierait la jeunesse (avec Umtiti, Tolisso et Dembélé) serait, de loin, la plus juvénile de ces vingt dernières années. Aucune équipe titrée ces vingt dernières années n’avait moins de 26 ans de moyenne d’âge.

PNG - 65.4 ko
Les moyennes d’âge sur le graphique ont été converties en base 10 : 26 ans et 11 mois est écrit 26,9 ans.

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité