David Trezeguet, 20 ans, en juillet 1998

Publié le 4 avril 2018

Pour rajeunir son attaque, Aimé Jacquet sort deux jokers de son sac : les deux prodiges monégasques Thierry Henry et David Trezeguet. Le 3 juillet 1998, France 2 dresse son portrait juste avant France-Italie.

Nous sommes à trois heures et quelques du quart de finale de Coupe du monde importantissime face à l’Italie. Ce 3 juillet, le JT de 13h de France 2 dresse le portrait du petit dernier des Bleus, David Trezeguet, 20 ans et huit mois. Remplaçant contre l’Afrique du Sud, il supplée Christophe Dugarry contre l’Arabie Saoudite où il marque le deuxième but français de la tête. Titulaire au premier tour contre le Danemark, il provoque un pénalty transformé par Youri Djorkaeff. En huitième, il délivre une passe décisive à Laurent Blanc à la 114e minute d’un France-Paraguay irrespirable à Lens. Avec neuf sélections au compteur, il a déjà fait sa place chez les Bleus.

Avec Henry, il commencera le quart contre l’Italie sur le banc. Il remplacera Guivarc’h à la 65e, et ne se défilera pas quand il faudra frapper le troisième tir au but, juste après l’échec de Lizarazu. La transversale de Buffon, ce sera pour une autre fois.

On retrouve sa bonne bouille, son irrésistible accent argentin et son sourire éclatant qu’il perdra, plus tard, quand Raymond Domenech le relèguera sur le banc à partir de la Coupe du monde 2006. Son insouciance, son talent brut et son côté ado dans la cour des grands font irrésistiblement penser à Kylian Mbappé. On souhaite à ce dernier le même dénouement, vingt ans plus tard.


 

Rencontres et dédicaces

Retrouvez l'agenda des auteurs du Dico des Bleus dans toute la France

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité