François Hollande, l’Euro et la Marseillaise en juin 1996

Publié le 5 mai 2013, mis à jour le 15 août 2017

Le 24 juin 1996, alors que les Bleus préparent la demi-finale de l’Euro, François Hollande réagit aux propos de Jean-Marie Le Pen qui fustige les joueurs venus de l’étranger. Il est, déjà, question des paroles de la Marseillaise.

Resituons le contexte. Ce 24 juin, les Bleus sont encore en course à l’Euro anglais après avoir sorti laborieusement un des favoris de l’épreuve, les Pays-Bas de Kluivert et Bergkamp aux tirs au but (0-0). C’est le moment choisi par Jean-Marie Le Pen, candidat FN à la présidentielle de 1995, pour passer à l’offensive. Il juge en effet que cette sélection nationale composée, selon lui, de joueurs étrangers (sic), est artificielle, et qu’en plus lesdits joueurs ne chantent pas la Marseillaise. Le jour même, François Hollande, alors porte-parole du Parti socialiste, réagit à sa manière (sur fond de rosiers) :


 

La suite de l’histoire, on la connaît : Marseillaise ou pas, les Bleus se feront sortir le surlendemain par des Tchèques même pas slovaques. Un an plus tard, la dissolution de l’Assemblée nationale provoque une alternance politique et Lionel Jospin devient premier ministre. La voie est libre pour François Hollande, qui devient premier secrétaire du PS, poste qu’il gardera jusqu’en 2008 en attendant mieux.

Au printemps 2013, Le Pen est à la retraite, Hollande est à l’Elysée et les politiques regrettent toujours que les Bleus ne chantent pas tous la Marseillaise.

A paraître le 25 octobre

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité