Les homonymes de l’équipe de France

Publié le 28 novembre 2018 - Bruno Colombari - 4

Wesley Fofana et Khéphren Thuram sont venus allonger la liste des 90 homonymes en équipe de France. Si le premier n’a aucun lien de parenté avec Youssouf Fofana, le deuxième est à la fois frère de Marcus et fils de Lilian.

1 minutes de lecture

Ces dernières années, les homonymes ont fleuri en équipe de France : après Marcus Thuram en 2020, Moussa Diaby et Théo Hernandez en 2021, Wesley Fofana et Khéphren Thuram en 2023 ont allongé la liste existante avec différentes configuration : père/fils, frères ou simple homonyme.

Depuis 1904, pas moins de 90 internationaux français ont eu un ou plusieurs homonymes, avec ou sans lien de parenté. Le record appartenant en l’occurence aux Mercier qui sont quatre à avoir porté le maillot bleu entre 1910 et 1942 : Albert, Robert, François et Daniel.

Dans le tableau ci-dessous, les fratries sont repérées en bleu, les pères (ou grand-père, dans le cas d’André Frey) en rouge, les fils (ou petit-fils pour Sébastien Frey) en vert. Les années indiquées sont celles de la première sélection.

 nom  joueur 1  joueur 2  joueur 3  joueur 4 
Bilot Charles (1904) Georges (1912)
Carré Roger (1947) Désiré (1949)
Denis Victor (1908) Julien (1908) Georges (1924)
Desrousseaux Fernand (1908) Marcel (1935)
Diaby Abou (2008) Moussa (2021)
Diarra Alou (2004) Lassana (2007)
Djorkaeff Jean (1964) Youri (1993)
Domergue Marcel (1922) Jean-François (1984)
Domingo Marcel (1948) René (1957)
Dubly Jean (1908) Raymond (1914) Jules (1914)
Durand Raymond (1931) Jean-Philippe (1988)
François André (1906) Raymond (1936)
Fofana Youssouf (2022) Wesley (2023)
Frey André (1944) Sébastien (2007)
Gallice René (1951) Jean (1973)
Geronimi Charles (1911) Georges (1914)
Guérin Henri (1948) Vincent (1993)
Hernandez Lucas (2018) Théo (2021)
Jouve Albert (1906) Roger (1973)
Keller Curt (1934) Fritz (1937) Marc (1995)
Laurent Jean (1930) Lucien (1930)
Mathieu Maurice (1914) Jérémy (2001)
Mendy Bernard (2004) Benjamin (2017) Ferland (2018)
Mercier Daniel (1910) Albert (1919) Robert (1931) François (1942)
Mony Alexis (1920) Pierre (1923)
Nicolas Paul (1920) Jean (1933)
Petit René (1920) Jean (1977) Emmanuel (1990)
Pleimelding René (1943) Pierre (1978)
Poullain André (1913) Fabrice (1985)
Renaux André (1908) Charles (1908)
Revelli Hervé (1973) Patrick (1977)
Rio Roger (1933) Patrice (1976)
Rodriguez Joseph (1932) Sauveur (1947)
Romano Paul (1911) Félix (1913)
Sénac Guy (1960) Didier (1984)
Silvestre Franck (1989) Mikaël (2001)
Sinibaldi Paul (1946) Pierre (1950)
Six Pierre (1908) Didier (1976)
Stopyra Julien (1960) Yannick (1980)
 Thuram Lilian (1994) Marcus (2020)  Khéphren (2023)
Vandooren Jules (1933) Roger (1949)

Vos commentaires

  • Le 30 novembre 2018 à 15:27, par Laurent MIESCH En réponse à : Ferland Mendy et les 81 homonymes

    Bonjour, je pense qu’il doit y avoir une erreur concernant l’année de la première sélection de Lucien Laurent, premier buteur de la coupe du monde en 1930 et donc sélectionné avant 1935. Bravo encore pour votre travail passionnant

  • Le 30 novembre 2018 à 15:45, par Bruno Colombari En réponse à : Ferland Mendy et les 81 homonymes

    Vous avez raison, Lucien et Jean Laurent ont débuté tous deux en 1930. Le premier a fini en 1935, le second en 1932. Une erreur de ma part.

  • Le 3 février 2019 à 13:24, par cazal pierre En réponse à : Ferland Mendy et les 81 homonymes

    deux correctifs : 1 « Serge » Denis ... est en fait Georges ; mea culpa, j’expliquerai si vous le désirez ; 2 les Renaux sont frères .
    A votre disposition !Et bravo...

  • Le 5 février 2019 à 09:40, par Bruno Colombari En réponse à : Ferland Mendy et les 81 homonymes

    Bonjour. Merci pour votre message, je vais corriger.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Spécial jeux olympiques