Ce qui se passe après l’ouverture du score en phase finale

Publié le 1er février 2023 - Bruno Colombari

Combien de fois l’équipe de France a-t-elle concédé le premier but du match en phase finale ? Et combien de fois a-t-elle ouvert le score, et pour quel résultat final ? Dernière partie du triptyque sur ceux qui marquent les premiers.

Mise à jour d’un article initialement paru en juillet 2021.
3 minutes de lecture

En 2022, pour la troisième fois de son histoire, l’équipe de France a terminé un match de phase finale sur le score de 3-3. Pour la troisième fois, elle a concédé l’ouverture du score avant d’égaliser, puis de perdre le match après les prolongations et les tirs au but. Vous aurez reconnu, par ordre d’apparition, Séville en juillet 1982 (RFA), Bucarest en juin 2021 (Suisse) et donc Lusail en décembre 2022 (Argentine).

En clair, en regardant les matchs de l’équipe de France lors des quatre éditions olympiques entre 1908 et 1928, des seize Coupes du monde depuis 1930 et des dix championnats d’Europe depuis 1960, que s’est-il passé quand les Bleus ont ouvert le score, quand ce sont leur adversaire qui l’a fait, quand les Français ont égalisé, quand l’équipe d’en face a égalisé, ou quand chacune des deux sélections a inscrit les deux premiers buts ?

Par un curieux hasard, il y a presque autant de matchs de phases finales que ceux dirigés par Didier Deschamps sélectionneur : 123 dans le premier cas, 139 dans le second. Même si bien sûr les 30 derniers (depuis la Coupe du monde 2014) sont communs aux deux études.

64 fois sur 112, les Bleus marquent en premier, puis gagnent dans 81% des cas

Commençons par mettre de côté les matchs où il n’y a pas eu de but, les 0-0 donc, puisque le score n’a pas été ouvert. Il y en a 11, ce qui fait 112 matchs avec au moins un but marqué.

PNG - 85.8 kio

Dans un peu moins de six cas sur dix, l’équipe de France ouvre le score (64 fois), contre 48 à son adversaire. C’est beaucoup moins fréquent que sur la période Deschamps, mais c’est normal : on parle là de matchs de phases finales, qui jusqu’en 1978 mettaient les Bleus en grande difficulté. Quand ils ont marqué le premier but, les Français ont gagné dix fois 1-0. En phase finale, on ne leur demande rien de plus. S’il y a un deuxième but, il est français dans 31 cas et adverse 23 fois.

On l’a vu dans les deux études précédentes, mener 2-0 est le meilleur moyen d’assurer presque toujours la victoire. 30 fois très précisément, pour une seule défaite contre l’Italie aux JO de 1920 à Amsterdam : alors que Juste Brouzes avait donné deux buts d’avance aux Tricolores après seulement 17 minutes de jeu, les Italiens avaient déjà repris l’avantage à la pause et l’emportaient finalement 4-3.

Quand l’adversaire égalise, c’est plus équilibré, mais la France gagne 12 fois sur 23 et ne perd que 6 fois, pour 5 nuls. Quand ce sont les Bleus qui égalisent après une ouverture du score adverse, il y a un peu plus de victoires que de nuls (10), pour 7 défaites.

L’adversaire l’emporte dans 58% des cas quand il ouvre le score

D’ailleurs, quand les Bleus encaissent le premier but lors d’un match de phase finale, l’affaire est très mal engagée pour eux, avec 28 défaites (dont 8 sur le score de 0-1, comme face à la Tunisie en 2022), 10 nuls et seulement 10 victoires (la dernière contre l’Australie au Qatar). Et si l’adversaire marque les deux premiers buts, là c’est presque toujours plié : 13 défaites sur 14. La seule fois où les Bleus ont remonté un 0-2 initial en phase finale est toute récente, puisque c’était face à l’Argentine en finale de la Coupe du monde. Mais ils se sont inclinés aux tirs au but. Nul statistique donc, mais titre perdu.

PNG - 102.6 kio

72% de victoires pour l’équipe qui marque en premier

En résumé, quand la France marque la première en Coupe du monde ou à l’Euro, elle gagne 52 fois sur 64 (81% des cas). Elle ne perd qu’un match sur 10. Ces 7 défaites sont suffisamment rares pour qu’on puisse les lister : Italie 1928 (JO, 3-4), Autriche 1934 (CM, 2-3), Yougoslavie 1958 (CM, 2-3), Uruguay 1966 (CM, 1-2), Italie 1978 (CM, 1-2), Pologne 1982 (CM, 2-3) et Pays-Bas 2000 (Euro, 2-3).

Quand elle encaisse le premier but, elle perd 28 fois sur 48 (58% des cas). Et elle gagne un match sur cinq, soit 10 fois. Les voici : Paraguay 1958 (CM, 7-3), Yougoslavie 1984 (Euro, 3-2), Belgique 1986 (CM, 4-2), Croatie 1998 (CM, 2-1), Portugal 2000 (Euro, 2-1), Italie 2000 (Euro, 2-1), Angleterre 2004 (Euro, 2-1), Espagne 2006 (CM, 3-1), Irlande 2016 (Euro, 2-1) et Australie 2022 (CM, 4-1).

En phase finale, dans les matchs de l’équipe de France, l’équipe qui ouvre le score gagne dans 72% des cas, et celle qui marque les deux premiers buts gagne presque toujours (96%). Quand une équipe égalise, toutes les options sont également ouvertes : 39% de victoires, 28% de nuls et 33% de défaites.

Pour synthétiser toutes ces informations en un coup d’œil, voici une arborescence. Elle se lit de la façon suivante : sont détaillés pour l’ensemble des 117 matchs les victoires de la France (en bleu), les nuls (en gris) et les défaites (en rouge).

Pour chaque score, le chiffre au-dessus indique le nombre de matchs terminés sur ce résultat : pour les 0-0 c’est 11, pour les 1-0 c’est 14, pour les 0-1 c’est 6.

Les traits orange orientent vers les différents cas, avec pour chacun les statistiques de tout ce qu’il y a à côté et en dessous. Par exemple, les Bleus ont mené 75 fois 1-0, et dans ce cas, ils ont gagné 66 fois. A l’inverse, ils ont été menés 31 fois 0-1 et ont perdu 14 fois.

Au-delà du deuxième but du match, l’arborescence s’arrête, mais les scores des rencontres à trois buts ou plus sont indiquées en dessous.

PNG - 237.4 kio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dossier spécial Jeux olympiques