19 réponses pour 2019

Publié le 26 décembre 2019, mis à jour le 27 décembre 2019 - Bruno Colombari

Le 1er janvier, j’avais commencé l’année par la traditionnelle litanie de questions sur ce que pourrait être 2019. Voici les réponses, dont 10 conformes à mes prévisions, ce qui juste au-dessus de la moyenne. Comme quoi, prédire l’avenir n’est pas facile !

Depuis 2011, le 1er janvier sur Chroniques bleues, plutôt que vous souhaiter les hypocrisies habituelles, j’essaie d’imaginer à quoi va ressembler la nouvelle année des Bleus, en posant autant de questions que d’années écoulées depuis 2000. Le dernier exercice du genre est à relire ici : Dix-neuf questions pour 2019.

Il est toujours amusant de retrouver ces hypothèses d’école douze mois plus tard. C’est l’occasion de constater que le football n’est pas exactement le sport le plus prévisible du monde, et qu’il réserve toujours son lot de surprises, sans que l’on sache où elles vont tomber.

Pour finir joliment cette grande année 2018, j’ai repris ces 18 questions une par une afin de mesurer l’écart entre mes réponses du 1er janvier et celles du 27 décembre. Pour déplier la question et mon hypothèse d’alors, il suffit de cliquer dessus.

Une année sans match amical, c’est déjà arrivé ?

Aussi étonnant que ça le paraisse, ce n’est arrivé qu’une seule fois depuis 1904. C’était en 1985. Cette année-là, les champions d’Europe avaient fait un programme minimum avec seulement 6 matchs, dont 5 en qualifications pour la Coupe du monde au Mexique et la finale de la coupe intercontinentale contre l’Uruguay en août.

Réponse : PERDU
Voilà qui commençait mal, avec une question hors-sujet (et la réponse avec). Au 1er janvier, la FFF n’avait pas encore calé le match amical du 1er juin à Nantes contre la Bolivie, le seul de 2019. La FFF annonce la date et le lieu le 10 janvier, et l’adversaire le 26 mars.

Les Bleus feront-ils 10 sur 10 en 2019 en remportant tous leur matchs ?

Ce ne serait pas une première historique. L’équipe de France a déjà fait deux cartons pleins, le dernier en 1991 (six victoires en six matchs dont cinq qualificatifs pour l’Euro 1992). Mais le premier est le plus beau, puisqu’il compte 12 victoires en 12 matchs en 1984 avec l’Euro à domicile au milieu. Dix de ces victoires ont été des clean-sheet (pas de but encaissé) et onze d’entre elles ont été jouées en France, la douzième… au Luxembourg. Ça aide.

Réponse : PERDU
Je ne m’étais pas trop avancé, mais poser la question est d’une certaine manière y répondre. A défaut de 10 sur 10, les Bleus ont fait 9 sur 11. Si on enlève les deux matchs contre la Turquie, le bilan est parfait, mais voilà : en année impaire, et en particulier en juin, ça coince toujours depuis 2013. La série continue.

JPEG - 93.1 ko

Y aura-t-il de nouveaux adversaires cette année ?

Un seul, la Moldavie. Affiliée à la FIFA en 1994, la sélection de la petite république située entre la Roumanie et l’Ukraine n’a jamais rencontré l’équipe de France au cours de sa brève histoire. Ce sera le 87e adversaire des Bleus depuis 1904.

Réponse : PERDU
C’était juste avec la Moldavie, mais c’était sans compter la Bolivie, affrontée pour la première fois en juin à Nantes. A noter que les Bleus ont battu ces nouveaux adversaires.

Quels seront les nouveaux Bleus ?

C’est toujours difficile de s’avancer dans ce domaine où les surprises ne sont pas rares (Pavard et Nzonzi en 2017, Hernandez et Plea en 2018). Les deux plus probables sont le défenseur central du FC Barcelone, Clément Lenglet, et le milieu de terrain de Lyon, Houssem Aouar. On pourrait aussi citer l’attaquant de Lille Jonathan Bamba, le milieu défensif d’Arsenal Mattéo Guendouzi ou les défenseurs centraux Dayot Upamecano (Leipzig) et Issa Diop (West Ham). Mais il est fort possible qu’un ou plusieurs nouveaux venus ne soient pas cités ici.

Réponse : GAGNÉ (en partie)
En ratissant aussi large, j’avais des chances de toucher juste au moins pour un nom. Bien vu pour Clément Lenglet, qui en plus s’est installé comme titulaire à la place de Samuel Umtiti. Pas loin pour Mattéo Guendouzi, qui s’est retrouvé quatre fois sur le banc sans rentrer. Il y a bien eu un attaquant lillois prénommé Jonathan, mais c’était Ikoné plutôt que Bamba. Aouar, Diop et Upamecano attendront encore un peu.

JPEG - 48.8 ko

Eviter la Ligue des Nations, c’est une bonne chose ?

Probablement. J’ai déjà relevé le fait que le vainqueur de la Coupe des confédérations ratait systématiquement la phase finale suivante (comme l’a fait l’équipe de France en 2002 et 2004). Aucune des grandes sélections européennes actuelles (Belgique, France, Allemagne, Espagne, Croatie) ne sera présente au Portugal en juin prochain. Les Bleus pourront souffler avec une année beaucoup moins chargée que la précédente et certainement la suivante.

Réponse : ON VERRA EN 2020)
Si le Portugal se plante à l’Euro, c’est que la malédiction de la Coupe des Confédérations s’est transmise à la Ligue des Nations. Comme les Bleus se sont qualifiés sans difficulté, on ne saura jamais s’ils auraient fait moins bien en jouant la carré final de la nouvelle compétition européenne.

Deschamps conservera-t-il sa stratégie ?

Encore faudrait-il que l’actuel sélectionneur en ait une. Deschamps est avant tout pragmatique : il s’adapte aux qualités (et aux limites) de ses joueurs et aux caractéristiques de ses adversaires. Compte tenu du tirage particulièrement favorable dans les qualifications pour l’Euro 2020, on peut quand même espérer voir une équipe de France plus ambitieuse dans son jeu. Face à des équipes qui ne se livreront pas, elle n’aura de toute manière pas le choix.

Réponse : GAGNÉ
En 2019, les Bleus ont globalement produit du jeu, malgré un coup de mou en octobre-novembre sans conséquence sur la qualification. Didier Deschamps a aligné quatre vrais joueurs offensifs contre la Bolivie, Andorre (deux fois) et l’Albanie. Six autres fois, il a joué avec un milieu excentré (Matuidi ou Sissoko) et trois offensifs, comme en Russie. Et la dernière, avec… trois défenseurs pour un 3-4-3 inédit depuis 2012.

Adrien Rabiot reviendra-t-il ?

Plus le temps passe, plus le cas du milieu parisien se complique. L’an dernier, il a d’abord perdu sa place suite à des performances en sélection beaucoup trop faibles. Puis il a refusé son statut de réserviste pour la Coupe du monde, et il a entamé un énième rapport de force avec son club dans lequel il est désormais mis à l’écart. Bien avant la sélection, sa préoccupation première sera de retrouver du temps de jeu et un minimum de crédibilité. Il est très improbable qu’on le revoie en sélection d’ici 2020.

Réponse : GAGNÉ
Qui ça ? Son transfert à la Juventus n’a pas vraiment arrangé les affaires du milieu de terrain qui a progressivement disparu des radars. Plus qu’une place en sélection, Rabiot doit d’abord s’en trouver une en club, à Turin ou ailleurs.

Verra-t-on un nouveau gardien pour les Bleus ?

Alphonse Areola, 78e gardien français, aura patienté trois ans avant de faire ses débuts en sélection, en septembre dernier à Munich. Avant lui, Benoît Costil n’avait fait que passer en novembre 2016 contre la Côte d’Ivoire. Qui après lui ? La logique voudrait ce que soit le gardien de Montpellier, Benjamin Lecomte, appelé dans le groupe de septembre dernier suite aux forfaits de Lloris et Mandanda. Mais Didier Deschamps est extrêmement conservateur sur le poste de gardien : pour l’instant Mandanda est deuxième, malgré des performances peu convaincantes avec l’OM, et Areola troisième. Autant dire que la probabilité de voir Lecomte dans les cages lors d’une année sans le moindre match amical est très faible.

Réponse : GAGNÉ
Effectivement, si on n’a pas vu Lecomte cette année (il a été appelé au pré-rassemblement de juin, avant de le quitter à l’arrivée de Lloris), c’est Mike Maignan qui a fait son apparition en profitant de l’absence de Mandanda en juin et septembre puis de Lloris en octobre et novembre. Mais le portier lillois n’a pas joué, contrairement à Areola (une fois). Mandanda a retrouvé sa deuxième place à l’automne.

Qui marquera le 1500ème but, et quand ?

Les stats nous disent qu’on en est à 1492 buts marqués depuis 1904 (en 845 matchs). Sauf gros cartons face à la Moldavie et l’Islande en mars, le 1500e sera probablement pour le mois de juin, en Turquie ou contre Andorre. Et la logique voudrait que l’un des trois buteurs de l’année 2018 en soit l’auteur : Kylian Mbappé, Antoine Griezmann ou Olivier Giroud.

JPEG - 41.3 ko

Réponse : ENTRE LES DEUX
J’avais faux sur le timing, mais juste sur le buteur potentiel. C’est Antoine Griezmann qui a marqué le 1500e but contre l’Islande en mars, alors que Mbappé et Giroud avaient scoré précédemment. Les trois avaient aussi marqué contre la Moldavie trois jours plus tôt.

Olivier Giroud dépassera-t-il David Trezeguet au classement des buteurs ?

L’attaquant de Chelsea est désormais tout près du légendaire Trezegol (33 buts contre 34). Mais, compte tenu de sa moyenne de buts par match inférieure (0,38 contre 0,48), il devra dépasser le total de son aîné pour lui prendre sa troisième place. Et donc marquer au moins deux fois pour arriver à 35 buts. S’il joue régulièrement (ce qui n’est pas acquis), c’est largement faisable compte tenu de l’adversité. Après deux années (2006 et 2017) à 8 buts, il en avait inscrit 4 l’an dernier.

Réponse : GAGNÉ
Et Giroud a même fait bien mieux, puisqu’après avoir déposé Trezeguet dès le deuxième match de l’année (contre l’Islande), il s’est approché de Platini en portant son total à 39. Voilà déjà une question de trouvée pour 2020…

Verra-t-on un carton cette année (au moins 4 buts d’écart) ?

Les derniers scores d’ampleur au moins égale remontent à 2017, contre les Pays-Bas en août (4-0) et face au Paraguay en mai (5-0). En 2018, les Bleus n’ont jamais gagné plus largement que par deux buts d’avance, même quand ils en ont inscrit quatre (Argentine 4-3, Croatie 4-2). En 2019, on reverra certainement des scores larges, sans doute lors des deux oppositions contre Andorre (juin et septembre) ou face à la Moldavie (mars et novembre).

Réponse : GAGNÉ
Il y a eu deux victoires à quatre buts d’écart, dont une contre Andorre et l’autre, moins prévisible, face à l’Irlande. Et deux autres par 4-1 avec un but encaissé en fin de match en Moldavie et contre l’Albanie.

Hugo Lloris dépassera-t-il Marcel Desailly au classement des joueurs ?

Il reste neuf matchs à jouer au le gardien des Bleus (108 sélections) pour chasser du podium des joueurs les plus sélectionnés le grand modeste Marcel Desailly (116). A 32 ans, et compte tenu de la confiance que lui accorde Didier Deschamps, cela semble évident. Dès 2019 ? Là, c’est moins sûr, puisqu’il n’y a que dix rendez-vous au programme cette année. S’il les honore tous sauf un, Lloris y arrivera. S’il en manque au moins deux, il faudra attendre 2020. Ce ne sera sans doute pas nécessaire.

Réponse : GAGNÉ
Effectivement, Hugo Lloris n’a pas assez joué en 2019 pour rejoindre puis dépasser le grand Marcel (même s’il l’a fait au nombre de minutes jouées, 10 239 contre 10 025). Il a fini l’année à 114 capes, et devra donc attendre juin pour monter sur le podium des joueurs les plus sélectionnés. En revanche, il va pouvoir viser les 123 sélections de Thierry Henry, mais on en reparlera bientôt.

Steve Mandanda quittera-t-il les Bleus ?

Le gardien de l’OM aura 34 ans en mars 2019. Rien de rédhibitoire à ce poste, surtout quand on est titulaire. Mais ce n’est pas le cas. On se souvient que Bernard Lama ne s’était jamais remis d’être passé derrière Fabien Barthez en 1997, à 34 ans justement. Or Mandanda est numéro deux derrière Lloris depuis une décennie, et son rendement en club inquiète. Un retrait de la sélection en 2019, qui profiterait automatiquement à Alphonse Areola, est probable.

Réponse : PERDU
En juin c’était gagné, mais en décembre ça ne l’est plus. Fort d’une cure spectaculaire à Merano et d’une bonne première partie de saison avec l’OM, Mandanda est revenu en force en octobre et a enchaîné quatre matchs d’affilée pour la première fois depuis dix ans.

Quand Mbappé intègrera-t-il le top 100 au classement des joueurs ?

Il lui faudra 31 sélections au compteur pour dépasser Yoann Gourcuff, actuel 100e avec 31 capes et 254 minutes de plus. Pour avoir un temps de jeu supérieur, Mbappé devra jouer deux matchs entiers et au moins 75 minutes du troisième). Pas avant juin donc, peut-être contre la Turquie le 8, plus sûrement face à Andorre le 11.

Réponse : GAGNÉ
Kylian Mbappé a joué l’intégralité des deux premiers matchs plus une mi-temps face à la Bolivie. C’est donc en Turquie, pour sa 32e sélection, qu’il est entré dans le top 100. Comme il n’a joué que deux fois depuis, il est actuellement 91e, à hauteur de Grégory Coupet, Lassana Diarra et Bruno Bellone.

Les Bleus joueront-ils leur centième match au Stade de France en 2019 ?

Pas de suspens : oui. Depuis janvier 1998, l’équipe de France a joué 97 fois à Saint-Denis. Et en 2019, tous leurs matchs à domicile (5) ont été programmés au Stade de France, alors que les rencontres contre Andorre, l’Albanie ou la Moldavie auraient pu être jouées plutôt en région. Le centième sera donc le 10 septembre contre Andorre, trois jours après la réception de l’Albanie au même endroit. En 97 rencontres, les Bleus en ont gagné 63, pour 19 nuls et 15 défaites (dont 8 sur les 6 dernières années avec Didier Deschamps sélectionneur).

Réponse : GAGNÉ
Celle-là était facile à trouver, même si le match amical contre la Bolivie le 1er juin s’est intercalé avant. Mais comme il avait lieu à Nantes, ça ne changeait rien.

Un Français Ballon d’or en 2019, c’est possible ?

A condition de gagner la Ligue des Champions, comme l’ont fait en année impaire Cristiano Ronaldo en 2017 et Lionel Messi en 2009, 2011 et 2015. Qui ? Antoine Griezmann (Atlético Madrid, dont la finale se jouera au Wanda Metropolitano), Kylian Mbappé (PSG) et Raphaël Varane (Real Madrid) sont candidats. Mais les deux derniers seraient en concurrence directe avec leurs coéquipiers, notamment Neymar et Modric. Donc je mettrai une pièce sur Griezmann, en cas de succès fin mai.

Réponse : PERDU
Et doublement, puisqu’aucun Français n’a été lauréat, mais aucun joueur de Liverpool non plus, malgré la victoire des Reds en Ligue des Champions.

Depuis quand n’y avait-il plus eu une année 100% européenne ?

Depuis 1995, avec au calendrier des rencontres face aux Pays-Bas, Israël (2), Slovaquie, Norvège, Pologne, Azebaïdjan et Roumanie (8 matchs, 5 victoires et 3 nuls). Et encore, Israël est rattachée à l’UEFA mais se trouve géographiquement sur le continent asiatique. La dernière fois que les Bleus ne sont pas sortis de l’Europe, c’était en 1991 (6 matchs) contre l’Espagne (2), l’Albanie, la Pologne, la Tchécoslovaquie et l’Islande. 6 victoires.

Réponse : PERDU
C’était compter sans la Bolivie, invitée surprise (et non connue le 1er janvier 2019) extra-européenne. Pour l’instant le calendrier 2020 ne compte que des adversaires du Vieux Continent. Il reste deux amicaux à caler début juin, on verra si une sélection africaine, asiatique ou américaine est invitée.

Quand reparlera-t-on de Zidane comme sélectionneur ?

Probablement pas en 2019. Même s’il ne reprend pas Manchester United l’été prochain (possible en cas de succès de Ole-Gunnar Solskjaer), Zizou ne se positionnera pas cette année, sauf dans l’hypothèse, très hautement improbable, d’élimination des Bleus. Et comme la Ligue des Nations donnerait la possibilité à l’équipe de France de disputer des barrages en mars 2020 si elle ne finit que troisième de son groupe, il ne faut pas y compter. Deschamps sera encore là jusqu’à l’Euro. Au moins.

Réponse : GAGNÉ
Rappelons que Zidane était libre au 1er janvier 2019, il n’a rejoint le Real que le 11 mars. Et comme les Bleus se sont logiquement qualifiés pour l’Euro, et que Deschamps a été prolongé jusqu’à la fin 2022, la question ne se posera probablement pas l’année prochaine.

Dernier livre paru

Sites partenaires


Trophée virtuel spécial Euro


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité