Brève histoire des tenues alternatives

Publié le 14 avril 2018, mis à jour le 5 mai 2018

Trois couleurs de maillots, trois couleurs de chaussettes et deux couleurs de short : ça fait 18 combinaisons possibles de tenues pour l’équipe de France. Tour d’horizon des plus improbables depuis cinquante ans.

Pour écrire cet article, je me suis notamment appuyé sur le travail du site SelectionA, qui recense les tenues de l’équipe de France lors de chaque match joué depuis 1960.

Déclinons la palette

Du bleu ciel (ou bleu layette) de 2013 au bleu nuit de 2018 en passant par le blanc immaculé de 2000 ou le rouge hors-sujet de 2008, l’équipe de France a souvent varié, y compris dans les années 60-70.

15 juillet 1966, Uruguay-France : blanc-blanc rouge
A la Coupe du monde anglaise, les Bleus jouent en blanc contre le Mexique et l’Uruguay. Contre les Sud-Américains, ils arborent un short blanc et des chaussettes rouges. Ils sont battus 1-2.

JPEG - 86.4 ko

24 avril 1968, Yougoslavie-France : blanc-bleu-bleu
La Yougoslavie ayant l’étrange idée de jouer avec une tenue aux couleurs identiques (maillot bleu, short blanc, chaussettes rouges), l’équipe de France se présente avec un maillot blanc (logique), un short bleu et des chaussettes bleues à parement rouge. Résultat : 1-5.

JPEG - 68.9 ko

22 mai 1976, Hongrie-France : tout en blanc
Pour le troisième match de l’ère Hidalgo, le premier à l’extérieur, l’équipe de France se déplace à Budapest (et s’incline 0-1). Pour la première fois, elle joue tout en blanc, comme elle le refera en septembre 1981 à Bruxelles et en août 1989 à Stockholm. On reverra le blanc intégral lors des phases finales 1996 (Espagne, Pays-Bas et République tchèque), 1998 (Italie) et 2000 (Espagne et Portugal).

JPEG - 54.8 ko

8 juillet 1998, France Croatie : bleu-bleu-rouge
Cette combinaison, portée en 2016 à l’Euro et jusqu’à la fin 2017, a été inaugurée lors de la demi-finale de la Coupe du monde contre la Croatie à Saint-Denis. Elle a porté chance à Lilian Thuram qui a marqué ce soir-là les deux buts de sa carrière internationale. L’équipe de France réutilisera cette combinaison deux ans plus tard, contre l’Italie en finale de l’Euro. Avec le même scénario au final (menée au score, puis victoire 2-1).

JPEG - 106.8 ko

30 mars 2005, Israël-France : bleu-bleu-bleu
C’est la première fois que l’équipe de France joue intégralement en bleu, des pieds à la tête. C’est la première (et pas la dernière) lubie de Raymon Domenech, adepte du monochrome qu’il imposera pendant une bonne partie de son mandat : 27 fois jusqu’en 2010, Laurent Blanc (6 fois) et Didier Deschamps (14 fois) reprenant l’idée.

JPEG - 83.1 ko

22 mars 2013, France-Géorgie : intégrale bleu layette
Et si on essayait un bleu improbable ? Après le curieux bleu deux tons de 2008-2009 d’Adidas, c’est Nike qui s’amuse avec un bleu ciel (ou layette) plutôt surprenant. Tellement, qu’il ne sera utilisé que trois fois, contre la Géorgie en mars (3-1) pour les débuts de Pogba et Varane, au Brésil en juin (0-3) et en Belgique en août (0-0). Puis il a rejoint le panier aux chiffons d’où il n’aurait jamais dû sortir.

JPEG - 99.1 ko

25 mars 2016, Pays-Bas-France : blanc-blanc-bleu nuit
La tenue extérieure pour l’Euro 2016 va très loin dans le n’importe quoi : si le short, blanc, est classique, les chaussettes sont d’un bleu nuit quasiment noir et le maillot, blanc, arbore une manche droite d’un bleu gris et une manche gauche tirant sur le parme. C’est tellement moche que l’UEFA interdira ce maillot à l’Euro, les Bleus jouant contre la Suisse avec un haut blanc aux manches fortement décolorées. Un ratage total.

JPEG - 78.6 ko

7 octobre 2017, Bulgarie-France : bleu-bleu-blanc
C’est un cas unique à Sofia : combiner des chaussettes blanches avec un short et un maillot bleu, comme Chelsea, les Bulgares ayant opté pour des chaussettes rouges. En tout cas ça permet à l’équipe de France de gagner là-bas, une grande première depuis 1932 (1-0).

JPEG - 71.8 ko

Sept contresens chromatiques

Outre les tenues alternatives, l’équipe de France a parfois utilisé un équipement inattendu : soit parce que l’intendance n’avait pas prévu la bonne couleur de maillot, soit parce que l’équipe adverse a décidé de jouer à domicile avec sa tenue extérieur, soit pour satisfaire aux délires des équipementiers. Ça pique les yeux, mais la plupart du temps ces aberrations disparaissent aussi vite qu’elles sont arrivées.

Juin 1978 : France-Hongrie, en vert et blanc
C’est évidemment la plus grande bourde d’intendance de l’histoire de l’équipe de France, et il a fallu que ça tombe en pleine Coupe du monde. Face à la Hongrie qui joue tout en blanc (sa deuxième couleur, après le rouge), les Bleus arrivent aussi en blanc et doivent chercher de toute urgence un jeu de maillots de rechange. Ils se rabattent sur celui du club junior de Kimberley, aux rayures vertes et blanches verticales. C’est avec ce maillot qu’ils gagnent leur seul match de l’édition 1978 (3-1).

JPEG - 78.3 ko

Juin 1982 : Angleterre-France, en blanc contre rouge
A Bilbao pour ce premier tour de la Coupe du monde 1982, les Anglais sont tête de série. Ils choisissent donc de jouer avec leur très élégant maillot rouge, comme lors de la finale de 1966. L’équipe de France évolue en blanc et se fait corriger (1-3).

JPEG - 92.6 ko

15 novembre 2003 : Allemagne-France, en noir contre blanc
A huit mois de l’Euro 2004, Français et Allemands testent leurs nouvelles tenues à Gelsenkirchen en amical. Mais, allez savoir pourquoi, ils jouent tous deux avec leur maillot extérieur, ce qui donne des Allemands en noir et des Français en blanc. Ces derniers donnent une leçon de réalisme (3-0).

JPEG - 82.9 ko

1er juillet 2006 : France-Brésil, en blanc contre jaune
C’est un fait : Raymond Domenech adore la nouvelle tenue blanche de l’équipe de France, celle avec le maillot orné d’un baroque plastron horizontal dégradé rouge et bleu, rappelant vaguement le logo Everlast. Utilisé face à l’Espagne en huitième, il est conservé contre le Brésil en quart qui joue pourtant en jaune, et qui donc arbore des chaussettes bleues. Inspiré par cette configuration inédite, Zidane fait le match de sa vie, et, bon prince, offre même une passe décisive à Henry (1-0).

JPEG - 71.3 ko

6 février 2008 : Espagne-France, en jaune contre rouge
Le sommet de l’invraisemblance est atteint ce soir-là à Malaga : l’équipe de France inaugure son nouveau maillot rouge accompagné d’un short bleu et de chaussettes bleues, et l’Espagne sort sa tenue extérieure moutarde (short blanc et chaussettes blanches). Le résultat arrache les yeux, le score aussi (0-1). On ne reverra le maillot rouge qu’une fois, contre l’Equateur en amical en mai, avec un doublé de Bafé Gomis.

JPEG - 81.3 ko

14 octobre 2009 : France-Autriche, en bleu contre noir
C’est le dernier match de qualification pour la Coupe du monde en Afrique du Sud, et les Bleus sont sûrs de finir deuxièmes (et barragistes). S’ils jouent dans une tenue classique (avec leur maillot bleu ton sur ton), l’Autriche évolue en noir, style All Blacks. En moins bons, quand même (3-1 pour la France).

JPEG - 69.2 ko

29 mars 2011 : France-Croatie, damier contre marinière
Du blanc avec des carreaux rouges d’un côté, du bleu de l’autre : les trois premiers France-Croatie de l’histoire avaient fait dans le classique. Le quatrième est déconseillé aux épileptiques : les Croates sont en bleu avec des manches à carreaux blancs et rouges, et les Français inaugurent leur marinière Armor Lux certes seyante, mais qui n’a plus grand chose à voir avec un maillot de foot. Et la combinaison des deux est fracassante, contrairement au score (0-0).

JPEG - 51.8 ko

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité