En compétition, des remplacements pour garder le score

Publié le 28 février 2019, mis à jour le 9 juin 2019

Comment Didier Deschamps a-t-il géré les remplacements lors des 46 matchs de compétition joués depuis septembre 2012 ? Qui est sorti, qui est rentré, à quel moment ? Pour quel impact sur le résultat ?

Si Roger Lemerre avait réussi le coup du siècle le 2 juillet 2000 à Rotterdam contre l’Italie en faisant entrer en jeu Sylvain Wiltord, David Trezeguet et Robert Pirès, si Aimé Jacquet s’était adapté à l’expulsion de Marcel Desailly face au Brésil en 1998 en appelant Patrick Vieira qui allait devenir le dernier passeur décisif de la finale, on ne peut pas dire que Didier Deschamps se soit particulièrement distingué par son coaching en cours de rencontre. Même si on doit mettre à son crédit le remplacement très judicieux d’un N’Golo Kanté dépassé par un Steven Nzonzi efficace le 15 juillet 2018 à Moscou.

Pour étudier comment l’actuel sélectionneur gère les changements, j’ai retenu les 46 matchs de compétition depuis son arrivée en août 2012.

En violet, les joueurs sortants, en orange les entrants, positionnés en attaque, au milieu et en défense. La grande majorité des remplacements sont des postes pour poste, les variantes possibles se situant plutôt dans les secteurs du jeu (un milieu excentré remplacé par un récupérateur, par exemple). Les changements en défense sont très rares et généralement entraînés par des blessures.

JPEG - 53.4 ko

5 buts de remplaçants... en 43 matchs

Ces 46 matchs ont donné lieu à 129 changements, sur 118 possibles (46x3). Autant dire que Didier Deschamps a largement utilisé les rotations qu’il avait à sa disposition. Sept matchs n’ont vu entrer que deux remplaçants (la Géorgie et le retour contre l’Ukraine en 2013, le Nigéria en 2014, la Suisse et la Biélorussie en 2016, la Suède en 2017 et la Belgique en 2018), dont quand même trois en phase finale européenne ou mondiale. Et un, face à la Suède en 2016, n’a donné lieu qu’à un seul changement, ce qui est rarissime désormais.

D’un strict point de vue statistique, l’impact des entrants est des plus limités : les remplaçants n’ont inscrit que 5 buts. Sur 129 changements, dont 77 concernant des joueurs offensifs, c’est extrêmement léger. Et encore, si on regarde dans le détail ces cinq buts, trois ont été décisifs : l’égalisation d’Olivier Giroud au bout du temps additionnel contre l’Espagne en octobre 2012 (1-1), le but du 3-2 inscrit par Samir Nasri à la 70e contre la Biélorussie en septembre 2013 (4-2) et celui d’Antoine Griezmann à la 90e de France-Albanie à l’Euro 2016 (2-0). Ceux de Karim Benzema contre la Finlande en 2013 (3-0) et de Kylian Mbappé face aux Pays-Bas en 2017 (4-0) n’ont fait que clore des scores confortables. On constatera au passage que les 5 buteurs entrés en cours de match ont plutôt le profil de titulaire.

En phase finale, des changements tactiques

Ces statistiques décevantes doivent toutefois être modérées en se souvenant de l’importance des entrées de Matuidi et Giroud à la place de Tolisso et Dembélé contre l’Australie en 2018, ou de Nzonzi à la place de Kanté en finale face à la Croatie, de Pogba et Griezmann contre l’Albanie en 2016 et de Coman contre l’Irlande en 2016. Pogba et Coman étaient d’ailleurs entrés à la mi-temps, chose très rare avec Deschamps. Ces exemples montrent que les remplacements peuvent aussi avoir pour objectif de rééquilibrer l’équipe ou de changer sa disposition.

A quel moment interviennent les changements ? La réponse est claire : pour la quasi-totalité dans la dernière demi-heure, et pour la majorité, dans le dernier quart d’heure. Il n’y a eu que deux changements avant la pause, les deux pour blessure, les deux contre la Bulgarie : Sagna remplacé par Sidibé en octobre 2016 et Kanté par Rabiot un an plus tard à Sofia.

PNG - 114.7 ko

Le changement, c’est tout le temps (additionnel)

Didier Deschamps est même un adepte du changement dans le temps additionnel. Il en a fait neuf, dont l’objectif était toujours de gagner quelques secondes avec la victoire acquise, sauf une fois, en mars 2013 contre l’Espagne (0-1). Olivier Giroud avait remplacé Christophe Jallet. Un avant-centre pour un défenseur latéral ! Mais à la 92e, c’était évidemment bien trop tard. Trop tardive aussi l’entrée d’Anthony Martial à la place de Moussa Sissoko en 2016 contre le Portugal (110e, juste après le but d’Eder).

Deschamps n’est pas non plus adepte des changements groupés. Il l’a fait rarement, la dernière fois à Konya contre la Turquie en juin 2019, qui plus est à la mi-temps, à 0-2 (entrées de Mendy et Coman à la place de Digne et Matuidi). Il l’avait fait aussi contre l’Australie en 2018 à 2-1 (entrées de Giroud et Matuidi à la 79e), juste avant le but victorieux initié par Pogba, contre le Luxembourg en 2017 (Coman et Lacazette à la 59e), sans succès (0-0), et contre la Suède en 2017 (Lemar et Mbappé à la 76e) alors que le score était à 1-1 (défaite 1-2). En 2012 contre la Finlande, Cabaye et Rémy étaient entrés à la 70e alors que les Bleus n’avaient qu’un but d’avance (30- à la fin).

Pour plus de précision, j’ai donc regardé quel était le score de ces 46 matchs à la 60e minute, pour voir comment il évoluait lors de cette dernière demi-heure réservée aux changements.

JPEG - 42.7 ko

La plupart du temps, le résultat ne change pas. Dans plus des trois quarts des matchs, l’équipe qui mène à la 60e l’emporte (même si d’autres buts sont marqués après), et s’il y a un nul, les deux équipes se séparent sans vainqueur. Il n’y a eu que onze matchs où soit le résultat s’est retourné (l’équipe menée l’emporte), soit l’équipe menée a égalisé, soit l’une des deux a fait la différence.

100% de réussite dans la dernière demi-heure

Quand c’est l’équipe de France qui mène à la 60e, vous pouvez parier sans crainte sur une victoire : 24 fois sur 24 ! Ces Bleus-là ne gagneront sans doute pas des prix d’esthétisme et donnent parfois la migraine aux partisans du beau jeu, mais ils sont quand même férocement pragmatiques. Ceci explique aussi le fait que les changements initiés essentiellement dans le dernier tiers du match ont plutôt pour vocation de conserver un résultat acquis.

Quand le score est en équilibre à l’heure de jeu, le risque de défaite existe mais il est minime : trois fois sur quinze. L’équipe de France a lâché dans le dernier tiers contre l’Ukraine en novembre 2013 (0-2), contre le Portugal en 2016 (en prolongations, 0-1) et face à la Suède en 2017 (1-2 sur une relance manquée de Lloris dans le temps additionnel). Pour le reste, c’est cinq victoires et sept nuls.

JPEG - 53.5 ko

Enfin, quand c’est l’équipe adverse qui mène, les Bleus perdent le plus souvent. Mais ce n’est arrivé que quatre fois en plus de cinq ans : contre l’Espagne en 2013 (but de Pedro à la 58e), face à l’Allemagne en 2014 (but de Hummels à la 12e), contre les Pays-Bas en novembre 2018 (but de Wijnaldum à la 44e) et en Turquie en juin 2019 (buts de Ayhan à la 30e et Under à la 40e). ils ont renversé le score deux fois (en 2013 en Biélorussie et contre l’Allemagne en octobre 2018). Et une fois ils ont arraché le nul sur le fil (en Espagne en octobre 2012).

JPEG - 66.9 ko

Passons maintenant aux remplaçants et aux remplacés. Parmi les 34 sortants et les 38 entrants, la rotation la plus fréquente est celle qui concerne Antoine Griezmann et Nabil Fekir. Le Lyonnais a suppléé le Madrilène huit fois dans un changement poste pour poste. Derrière viennent le duo d’avant-centres Olivier Giroud/André-Pierre Gignac (5 fois), les relayeurs Blaise Matuidi/Corentin Tolisso (4 fois) et, petite variante de postes, Olivier Giroud/Ousmane Dembélé (3 fois).

JPEG - 70.7 ko

Exclusifs et couteaux suisses

On pourrait aussi définir une catégorie des exclusifs, ce qui ne permutent qu’avec un seul partenaire : c’est le cas de Kevin Gameiro, remplacé deux fois sur deux par André-Pierre Gignac et de Lucas Hernandez, suppléé deux fois sur deux par Benjamin Mendy. Dans l’autre sens, outre Tolisso/Matuidi, on a Karim Benzema qui a remplacé deux fois Olivier Giroud (tiens) et Laurent Koscielny qui a pris deux fois la place de Mamadou Sakho.

JPEG - 77.2 ko

A l’inverse des exclusifs, voici les couteaux suisses, ceux qui sont remplacés par toute une foule de joueurs. A ce jeu-là, Dimitri Payet est imbattable, suppléé 8 fois par 7 partenaires différents (Coman 2 fois, Kanté, Lemar, Martial, Mbappé, Nasri, Sissoko). Côté remplaçants, Moussa Sissoko fait encore mieux avec 11 titulaires différents remplacés en 12 entrées en jeu (Matuidi 2 fois, Giroud, Benzema, Coman, Griezmann, Ménez, Payet, Pogba, Ribéry, Rémy, Valbuena). Si ce n’est pas de la polyvalence...

JPEG - 75.2 ko

Tous les changements en compétition depuis septembre 2012

Le tableau est trié par défaut en fonction de la minute du changement de joueur. Il est triable par chaque colonne. Les minutes suivies d’une astérisque correspondent au temps additionnel (et pas aux prolongations).

Match Adversaire score Titulaire Remplaçant Min.
Chgt
810 Portugal 0-1 Moussa Sissoko Anthony Martial 110
782 Nigéria 2-0 Mathieu Valbuena Moussa Sissoko 94*
843 Allemagne 2-1 N’Golo Kanté Steven Nzonzi 93*
837 Uruguay 2-0 Antoine Griezmann Nabil Fekir 93*
814 Pays-Bas 1-0 Antoine Griezmann N’Golo Kanté 93*
770 Biélorussie 4-2 Mathieu Valbuena Josuha Guilavogui 93*
807 Rep. d’Irlande 2-1 Kingsley Coman Moussa Sissoko 92*
804 Roumanie 2-1 Dimitri Payet Moussa Sissoko 92*
765 Espagne 0-1 Christophe Jallet Olivier Giroud 92*
843 Allemagne 2-1 Antoine Griezmann Tanguy Ndombele 91*
809 Allemagne 2-0 Antoine Griezmann Yohan Cabaye 90
759 Biélorussie 3-1 Franck Ribéry Jérémy Ménez 90
847  Islande  4-0   Olivier Giroud  Moussa Sissoko  89
841 Pays-Bas 2-1 Olivier Giroud Ousmane Dembélé 89
836 Argentine 4-3 Kylian Mbappé Florian Thauvin 89
834 Pérou 1-0 Paul Pogba Steven Nzonzi 89
822 Pays-Bas 4-0 Antoine Griezmann Nabil Fekir 89
758 Finlande 1-0 Franck Ribéry Bafétimbi Gomis 89
838 Belgique 1-0 Blaise Matuidi Corentin Tolisso 88
837 Uruguay 2-0 Ousmane Dembélé Kylian Mbappé 88
815 Suède 2-1 Antoine Griezmann N’Golo Kanté 88
761 Espagne 1-1 Karim Benzema Olivier Giroud 88
843 Allemagne 2-1 Kylian Mbappé Ousmane Dembélé 86
840 Allemagne 0-0 Blaise Matuidi Corentin Tolisso 86
847  Islande  4-0   Layvin Kurzawa  Presnel Kimpembe  85
838 Belgique 1-0 Olivier Giroud Steven Nzonzi 85
824 Bulgarie 1-0 Kylian Mbappé Olivier Giroud 85
783 Allemagne 0-1 Mathieu Valbuena Olivier Giroud 85
836 Argentine 4-3 Antoine Griezmann Nabil Fekir 83
825 Biélorussie 2-1 Thomas Lemar Dimitri Payet 83
817 Luxembourg 3-1 Blaise Matuidi Adrien Rabiot 83
813 Bulgarie 4-1 Antoine Griezmann Nabil Fekir 83
765 Espagne 0-1 Karim Benzema Moussa Sissoko 83
780 Suisse 5-2 Mathieu Valbuena Antoine Griezmann 82
774 Ukraine 3-0 Karim Benzema Olivier Giroud 82
844 Pays-Bas 0-2 Steven Nzonzi Tanguy Ndombele 81
841 Pays-Bas 2-1 Antoine Griezmann Steven Nzonzi 81
839 Croatie 4-2 Olivier Giroud Nabil Fekir 81
823 Luxembourg 0-0 Antoine Griezmann Nabil Fekir 81
822 Pays-Bas 4-0 Kingsley Coman Alexandre Lacazette 81
846  Moldavie  4-1  Olivier Giroud  Nabil Fekir  81
772 Finlande 3-0 Olivier Giroud Karim Benzema 81
847  Islande  4-0   N’Golo Kanté  Thomas Lemar  80
840 Allemagne 0-0 Antoine Griezmann Nabil Fekir 80
837 Uruguay 2-0 Corentin Tolisso Steven Nzonzi 80
834 Pérou 1-0 Antoine Griezmann Nabil Fekir 80
808 Islande 5-2 Dimitri Payet Kingsley Coman 80
773 Ukraine 0-2 Samir Nasri Mathieu Valbuena 80
770 Biélorussie 4-2 Franck Ribéry Moussa Sissoko 80
833 Australie 2-1 Antoine Griezmann Olivier Giroud 79
814 Pays-Bas 1-0 Kevin Gameiro André-Pierre Gignac 79
781 Equateur 0-0 Antoine Griezmann Loïc Rémy 79
835 Danemark 0-0 Ousmane Dembélé Kylian Mbappé 78
833 Australie 2-1 Corentin Tolisso Blaise Matuidi 78
825 Biélorussie 2-1 Antoine Griezmann Moussa Sissoko 78
817 Luxembourg 3-1 Dimitri Payet Kylian Mbappé 78
810 Portugal 0-1 Olivier Giroud André-Pierre Gignac 78
806 Suisse 0-0 Antoine Griezmann Blaise Matuidi 78
779 Honduras 3-0 Mathieu Valbuena Olivier Giroud 78
774 Ukraine 3-0 Mathieu Debuchy Bacary Sagna 78
769 Géorgie 0-0 Josuha Guilavogui Samir Nasri 78
809 Allemagne 2-0 Olivier Giroud André-Pierre Gignac 77
805 Albanie 2-0 Olivier Giroud André-Pierre Gignac 77
804 Roumanie 2-1 Paul Pogba Anthony Martial 77
764 Géorgie 3-1 Franck Ribéry Jérémy Ménez 77
834 Pérou 1-0 Kylian Mbappé Ousmane Dembélé 76
824 Bulgarie 1-0 Alexandre Lacazette Dimitri Payet 76
820 Suède 1-2 Dimitri Payet Thomas Lemar 76
822 Pays-Bas 4-0 Olivier Giroud Kylian Mbappé 75
820 Suède 1-2 Antoine Griezmann Kylian Mbappé 75
759 Biélorussie 3-1 Yohan Cabaye Blaise Matuidi 75
807 Rep. d’Irlande 2-1 Olivier Giroud André-Pierre Gignac 74
839 Croatie 4-2 Blaise Matuidi Corentin Tolisso 73
783 Allemagne 0-1 Yohan Cabaye Loïc Rémy 73
758 Finlande 1-0 Yohan Cabaye Blaise Matuidi 73
846  Moldavie  4-1  Blaise Matuidi  Thomas Lemar  73
846  Moldavie  4-1  Antoine Griezmann  Florian Thauvin  73
849 Turquie 0-2  Olivier Giroud Wissam Ben Yedder 72
836 Argentine 4-3 Blaise Matuidi Corentin Tolisso 72
813 Bulgarie 4-1 Kevin Gameiro André-Pierre Gignac 72
808 Islande 5-2 Laurent Koscielny Eliaquim Mangala 72
809 Allemagne 2-0 Dimitri Payet N’Golo Kanté 71
783 Allemagne 0-1 Mamadou Sakho Laurent Koscielny 71
833 Australie 2-1 Ousmane Dembélé Nabil Fekir 70
812 Biélorussie 0-0 Moussa Sissoko Ousmane Dembélé 70
773 Ukraine 0-2 Olivier Giroud Karim Benzema 70
772 Finlande 3-0 Blaise Matuidi Yohan Cabaye 70
772 Finlande 3-0 Samir Nasri Loïc Rémy 70
835 Danemark 0-0 Antoine Griezmann Nabil Fekir 69
765 Espagne 0-1 Yohan Cabaye Jérémy Ménez 69
805 Albanie 2-0 Kingsley Coman Antoine Griezmann 68
781 Equateur 0-0 Blaise Matuidi Olivier Giroud 68
761 Espagne 1-1 Jérémy Ménez Moussa Sissoko 68
814 Pays-Bas 1-0 Dimitri Payet Anthony Martial 67
840 Allemagne 0-0 Olivier Giroud Ousmane Dembélé 66
804 Roumanie 2-1 Antoine Griezmann Kingsley Coman 66
780 Suisse 5-2 Mamadou Sakho Laurent Koscielny 66
773 Ukraine 0-2 Loïc Rémy Moussa Sissoko 66
764 Géorgie 3-1 Mathieu Valbuena Loïc Rémy 66
764 Géorgie 3-1 Blaise Matuidi Moussa Sissoko 66
844 Pays-Bas 0-2 Olivier Giroud Ousmane Dembélé 65
844 Pays-Bas 0-2 Blaise Matuidi Moussa Sissoko 65
779 Honduras 3-0 Yohan Cabaye Rio Mavuba 65
806 Suisse 0-0 Kingsley Coman Dimitri Payet 63
780 Suisse 5-2 Olivier Giroud Paul Pogba 63
758 Finlande 1-0 Jérémy Ménez Mathieu Valbuena 63
841 Pays-Bas 2-1 Lucas Hernandez Benjamin Mendy 62
817 Luxembourg 3-1 Djibril Sidibé Christophe Jallet 62
782 Nigéria 2-0 Olivier Giroud Antoine Griezmann 62
769 Géorgie 0-0 Karim Benzema André-Pierre Gignac 62
825 Biélorussie 2-1 Kingsley Coman Kylian Mbappé 61
781 Equateur 0-0 Mamadou Sakho Raphaël Varane 61
770 Biélorussie 4-2 Dimitri Payet Samir Nasri 61
759 Biélorussie 3-1 Olivier Giroud Mathieu Valbuena 61
808 Islande 5-2 Olivier Giroud André-Pierre Gignac 60
823 Luxembourg 0-0 Kylian Mbappé Kingsley Coman 59
823 Luxembourg 0-0 Olivier Giroud Alexandre Lacazette 59
810 Portugal 0-1 Dimitri Payet Kingsley Coman 58
812 Biélorussie 0-0 Anthony Martial Dimitri Payet 57
779 Honduras 3-0 Paul Pogba Moussa Sissoko 57
761 Espagne 1-1 Maxime Gonalons Mathieu Valbuena 57
839 Croatie 4-2 N’Golo Kanté Steven Nzonzi 55
835 Danemark 0-0 Lucas Hernandez Benjamin Mendy 50
807 Rep. d’Irlande 2-1 N’Golo Kanté Kingsley Coman 46
849 Turquie 0-2 Lucas Digne Ferland Mendy 46
849 Turquie 0-2 Blaise Matuidi Kingsley Coman 46
805 Albanie 2-0 Anthony Martial Paul Pogba 46
824 Bulgarie 1-0 N’Golo Kanté Adrien Rabiot 34
813 Bulgarie 4-1 Bacary Sagna Djibril Sidibé 27

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité