Quand un gardien en remplace un autre

Publié le 6 juillet 2019, mis à jour le 7 juillet 2019

Blessure, expulsion, rotation de l’effectif ou train à prendre : il y a plein de raisons qui peuvent contraindre un gardien de but à quitter le terrain en cours de match. Même si ce n’est pas arrivé souvent en équipe de France.

Cet article est publié dans le cadre de la série de l’été 2019, Les hommes de mains.

C’est normalement le poste le plus stable d’une équipe. Le gardien de but est le dernier à qui on pense pour un remplacement, surtout en compétition : il faut un cas de force majeure comme une blessure ou une expulsion pour voir entrer un gardien remplaçant, même si désormais il y en a deux sur le banc pour les matchs internationaux.

Depuis 1904, les remplacements de gardiens en cours de match sont très rares : on en compte à peine 23, dans des circonstances variées.

Crozier avait un train à prendre

Les deux premiers ont vu un joueur de champ prendre la place du gardien faute de remplaçant. Le motif de la sortie de Georges Crozier, le 7 mai 1905 à Bruxelles, est sans doute le plus burlesque : le gardien français quitte le terrain à la 65e minute... parce qu’il avait un train à prendre pour rejoindre sa caserne ! Il y a déjà 4-0 pour la Belgique à ce moment-là, et le défenseur Fernand Canelle qui prend sa place dans les cages, les Français terminant le match à dix, en encaisse trois autres.

Le deuxième est plus classique, même si le cadre ne l’est pas : c’est en effet à l’occasion du premier match de Coupe du monde à Montevideo contre le Mexique qu’Alex Thépot sort sur blessure après 26 minutes. Augustin Chantrel prend sa place et la France, à dix, battra facilement les Mexicains 4-1. Mais c’est Lucien Laurent qui est entré dans l’histoire en marquant le premier but de la compétition après 19 minutes.

Chaisaz, deux sélections, jamais titulaire

Le gardien du Stade Français Raoul Chaisaz n’a pas fait long feu en sélection, mais il a participé à la tournée homérique dans les Balkans en juin 1932. Et il a disputé les deux premiers matchs en remplaçant à chaque fois le titulaire André Tassin : à Belgrade à la mi-temps alors que le score est de 1-1 (défaite finale 1-2) et à Sofia à la 62e, après que les Bulgares, menés 5-1, aient blessé André Tassin à coups de pieds dans le visage. Chaisaz encaissera deux buts mais les Bleus l’emporteront 5-3. Et Chaisaz ne sera jamais titulaire.


 

Vignal, casse-cou de service

René Vignal n’était pas seulement l’un des meilleurs gardiens français de l’après-guerre : c’était aussi un joueur intrépide qui n’hésitait pas à sortir dans les pieds des attaquants, quitte à se blesser sérieusement. Le 20 septembre 1953 contre le Luxembourg, il est mis KO d’un coup de genou dans la tête par Antoine Kohn, qui égalise sur l’action dès la 6e minute. Vignal est remplacé par François Remetter et les Bleus l’emportent 6-1. Deux mois plus tard, le 11 novembre face à la Suisse, c’est encore sur un but adverse (le troisième, à la 21e minute) que Vignal est mis KO et hurle qu’il n’y voit plus rien. François Remetter le supplée une nouvelle fois et la France s’incline 2-4.

Bats, KO technique

Plus récemment, on se souvient de la sortie sur civière de Jean-Paul Bertrand-Demanes au Monumental de Buenos Aires contre l’Argentine en juin 1978. Touché au dos après avoir heurté son poteau, le gardien nantais avait été remplacé par Dominique Baratelli, lequel avait été battu par un tir lointain de Luque. Joël Bats a été remplacé deux fois suite à des blessures, en mars 1984 contre l’Autriche (sans gravité) et en août 1987 à Berlin contre la RFA (mis KO par un ballon en plein visage). Enfin, la dernière blessure d’un gardien remonte à Lionel Letizi contre le Cameroun en octobre 2000, remplacé par Richard Dutruel qui ne disputera que 33 minutes en sélection, le plus petit total pour un gardien de l’équipe de France.


 

L’échange à la mi-temps, un classique passé de mode

Il y a évidemment beaucoup moins à dire sur les remplacements de gardiens à la mi-temps, toujours en match amical. Ils représentent près de la moitié du total (11 sur 23) et étaient très prisés entre 1965 et 1981. Michel Hidalgo en a fait pas moins de quatre en seulement deux ans, preuve qu’il ne savait pas comment résoudre l’équation du gardien qui l’avait pénalisé en 1978 et lui coûterait encore cher en 1982. Les quatre fois, il a fait sortir Dominique Dropsy, pour le remplacer par quatre prétendants différents, qui n’eurent guère plus de succès que lui : André Rey, Philippe Bergeroo, Jean-Luc Ettori et Jean Castaneda.

C’est désormais terminé, alors même qu’on pourrait imaginer qu’avec six changements possibles en amical, un sélectionneur pourrait sans grand risque tester un nouveau gardien sans pour autant le titulariser. Mais le dernier à avoir fait l’expérience est Raymond Domenech avec le duo Sébastien Frey-Steve Mandanda contre l’Equateur en mai 2008, ce qui profita au second contre le premier. Roger Lemerre avait huit ans plus tôt sorti Fabien Barthez à la mi-temps du match contre la Sélection FIFA à Marseille pour faire jouer Ulrich Ramé quelques semaines après l’Euro.


 

Hugo Lloris expulsé, sérieusement ?

Le dernier remplacement de gardien date de bientôt dix ans : c’était Hugo Lloris, expulsé à Belgrade lors d’un Serbie-France pour une faute dans la surface sur Zigic, en position de dernier défenseur selon l’arbitre M. Rosetti. Carton rouge et pénalty à la 9e minute : Lloris, remplacé par Mandanda, est le seul gardien exclu de l’histoire des Bleus. Ce n’est pourtant pas le plus fou...

Les 23 changements de gardiens depuis 1904

#dateadv.scoretitulaireremplaçantmn
718 09/09/2009 Serbie 1-1 Lloris Mandanda  9
699 27/05/2008 Equateur 2-0 Frey  Mandanda  45
599 04/10/2000 Cameroun 1-1 Letizi  Dutruel  57
597 16/08/2000 Sélection FIFA 5-1 Barthez  Ramé  45
512 28/07/1993 Russie 3-1 Martini  Lama  45
464 12/09/1987 Allemagne 1-2 Bats  Martini  85
432 28/03/1984 Autriche 1-0 Bats  Bergeroo  62
404 15/05/1981 Brésil 1-3 Dropsy  Castaneda  45
385 27/02/1980 Grèce 5-1 Dropsy  Ettori  45
393 10/10/1979 Etats-Unis 3-0 Dropsy  Bergeroo  45
391 02/05/1979 Etats-Unis 6-0 Dropsy  Rey  45
384 06/06/1978 Argentine 1-2 B.-Demanes  Baratelli  55
360 26/04/1975 Portugal 0-2 Charrier  Baratelli  45
308 22/03/1967 Roumanie 1-2 Eon  Carnus  45
292  24/03/1965  Autriche 1-2 Bernard  Aubour  45
254 11/11/1959 Portugal 5-3 Colonna  Lamia  62
249 26/10/1958 Allemagne 2-2 Colonna Abbes  30
211 11/11/1953 Suisse 2-4 Vignal  Remetter  22
208 20/09/1953 Luxembourg 6-1 Vignal  Remetter  8
111 09/06/1932 Bulgarie 5-3 Tassin  Chaisaz  62
110 05/06/1932 Yougoslavie 1-2 Tassin  Chaisaz  45
97 13/07/1930 Mexique 4-1 Thépot  Chantrel*  26
3 07/05/1905 Belgique 0-7 Crozier  Canelle*  65

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité