Les triplés de l’équipe de France

Publié le 2 décembre 2021 - Bruno Colombari

En comptant ceux qui ont inscrit quatre buts, ou même cinq, dans le même match, ils sont 16 Bleus à avoir réalisé un triplé en équipe de France. A quel moment du match ces buts ont-ils été marqués ? Dans quelles circonstances ? Contre quel adversaire ? Qui sont les triples buteurs les plus rapides, ou les plus jeunes ?

Si on peut logiquement considérer que les auteurs de quintuplés (Eugène Maës et Thadée Cisowski) et de quadruplés (Jean Sécember, Jean Nicolas, Just Fontaine et Kylian Mbappé) ont aussi inscrit un triplé, 13 internationaux français en ont signé au moins un depuis 1904. Parmi eux, Just Fontaine (4), Jean Nicolas (1) et Eugène Maës (1) ont été déjà cités, ce qui nous fait donc 16 Bleus auteurs d’au moins trois buts dans le même match.

PNG - 123.5 ko
PNG - 163.3 ko

Ces 19 triplés ne se répartissent pas de façon homogène dans l’histoire de l’équipe de France. Au 21ème siècle, ils ont même longtemps disparu puisqu’il a fallu attendre mai 2017 pour voir Olivier Giroud en réussir un contre le Paraguay à Rennes. Le précédent datait d’août 2000 à Marseille, et son auteur était David Trezeguet. Mais contre la Sélection FIFA, dans un match de bienfaisance (pour SOS Villages d’enfants) qui n’aurait pas dû compter pour une sélection, ce triplé-là ne pèse rien en regard du but en or inscrit six semaines plus tôt contre l’Italie en finale de l’Euro.

PNG - 128.3 ko
PNG - 120.8 ko
PNG - 121.2 ko

Auparavant, il y avait eu encore un trou de près de quinze ans, puisque c’est Dominique Rocheteau qui avait triplé contre le Luxembourg en octobre 1985. C’était peu après l’exploit monstrueux de Michel Platini, auteur d’un double triplé à trois jours d’intervalle contre la Belgique à Nantes et face à la Yougoslavie à Saint-Etienne en juin 1984, lors de l’Euro. Platini avait même poussé le raffinement à marquer à chaque fois du gauche, de la tête et du droit, et pour cette dernière surface, sur pénalty et sur coup franc.

PNG - 126.9 ko
PNG - 121.1 ko
PNG - 117.5 ko

Le triplé de Bernard Lacombe sur la surface synthétique du Giants Stadium en mai 1979 est évidemment moins remarquable, tout comme celui de Hervé Revelli lors de la Coupe de l’Indépendance (tournoi amical) au Brésil en juin 1972 contre une sélection d’Amérique centrale ou face à la Norvège en 1969. Celui de Charly Loubet, contre le Luxembourg en décembre 1967, avait été nécessaire pour obtenir une victoire poussive (3-1).

PNG - 127.7 ko
PNG - 129.6 ko

La fin des années 1950 était celle de Just Fontaine, une machine à buts comme on n’en fait plus (30 buts en 21 sélections). En novembre et décembre 1959, il avait fait une Platini avant l’heure en signant deux triplés lors de deux matchs consécutifs, contre le Portugal en amical (5-3) puis l’Autriche en qualifications de la Coupe du monde (5-2). Deux triplés décisifs, puisque sans eux les Bleus n’auraient pas gagné.

PNG - 138.2 ko

L’année précédente, Fontaine avait fêté ses débuts en Coupe du monde par un triplé contre le Paraguay au cours d’un match complètement débridé, puisque les Sud-Américains avaient mené deux fois au score (0-1 puis 2-3) avant d’être submergés lors de la dernière demi-heure, et de s’incliner 7-3.

PNG - 133.3 ko

Enfin, pour sa première sélection en équipe de France, Fontaine avait largement contribué au carton des jeunes Bleus (onze Espoirs, tous débutants en A) contre le Luxembourg en décembre 1953 (8-0). Il attendra près de trois ans pour avoir à nouveau sa chance, alors qu’Albert Batteux, son entraîneur chez les Espoirs (et au Stade de Reims) avait pris en charge l’équipe de France A à la demande du sélectionneur Paul Nicolas.

PNG - 126.5 ko
PNG - 134.2 ko

L’immédiat après-guerre ne voit qu’un seul triplé français, celui d’Ernest Vaast contre le Portugal à Lisbonne en novembre 1947, alors qu’avant-guerre, on les compte sur les doigts d’une main : celui de Jean Nicolas en mai 1934 à Amsterdam a été plutôt rocambolesque : les Néerlandais menaient déjà 3-0 après seulement 12 minutes de jeu, à la 25e les Tricolores étaient revenus à 3-3 grâce notamment à un doublé de Jean Nicolas en quatre minutes, et le score montait à 4-4 à la mi-temps. C’est finalement Nicolas qui inscrivait le but final dans le dernier quart d’heure.

PNG - 121.2 ko
PNG - 123.1 ko

Les deux triplés de son homonyme (sans lien familial) Paul Nicolas en 1926 et 1928 ont eu lieu lors de matchs moins mouvementés, et à chaque fois ils ont permis une nette victoire française contre la Yougoslavie et l’Irlande, au coeur d’années 1920 particulièrement faibles pour la sélection française. De même, le débutant Edouard Crut se faisait brillamment remarquer contre la Lettonie lors des JO de 1924 à Paris (7-0).

PNG - 126.1 ko

Le tout premier auteur d’un triplé, c’est Eugène Maës, le grand buteur français d’avant la Première Guerre. Le 17 mars 1912 à Turin, il met la misère à Vittorio Faroppa, qu’il charge à terre pour inscrire le but victorieux (4-3) après avoir ouvert le score et redonné l’avantage en première mi-temps. C’était la première victoire française contre l’Italie, et il faudra attendre 1994 pour voir la deuxième à l’extérieur (à Naples pour les débuts d’Aimé Jacquet comme sélectionneur).

PNG - 126.7 ko

Parmi les auteurs de quadruplés et de quintuplé, le plus rapide à avoir marqué trois buts était Jean Sécember en 1934 (22 minutes), devant Kylian Mbappé en 2021 (26 minutes). Parmi ceux qui ont inscrit un triplé, Charly Loubet a fait mieux avec trois buts en 11 minutes en 1967. C’est d’ailleurs un coup du chapeau (has trick), puisque personne d’autre n’a marqué dans l’intervalle. Mais il y eu la mi-temps qui a coupé la série entre le premier but et les deux derniers.

Michel Platini n’a eu besoin que de 17 minutes chrono pour signer un extraordinaire has-trick contre la Yougoslavie en 1984, et celles-là sont bien ininterrompues puisque calées entre la 59e et la 76e. Hervé Revelli (24 minutes en 1972), Paul Nicolas (27 minutes en 1928), Bernard Lacombe (29 minutes en 1979) et Ernest Vaast (30 minutes en 1947) ont fait presque aussi bien, en restant sous la demi-heure.

En terme de précocité, Jean Sécember avait fait fort avec un quadruplé pour sa deuxième sélection en 1934. Edouard Crut a fait mieux en 1924, en étant le tout premier débutant à inscrire un triplé. Just Fontaine l’a imité en 1953, alors que Paul Nicolas n’a eu besoin que de deux capes pour y parvenir en 1936.

Le plus jeune auteur de triplé est Just Fontaine en 1953 (20 ans et 3 mois), devant Jean Nicolas (20 ans et 10 mois lors de son quadruplé en 1934). Le plus âgé est Dominique Rocheteau (30 ans et 9 mois en 1985), juste devant Olivier Giroud (30 ans et 8 mois en 2017). Ce sont les seuls trentenaires français auteurs d’un triplé en sélection à ce jour. Mais Karim Benzema et Antoine Griezmann pourraient bien être les suivants.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SOUTENEZ LE SITE

Si vous appréciez les contenus de Chroniques bleues, vous pouvez apporter votre contribution, à partir de un euro.

En savoir plus

Soutenez chroniquesbleues sur Tipeee